Théorie des Règnes Sensibles

 

  • théorie des règnes sensibles

 

Le couple d’artistes du cuir MIS Wude (Cécile et Mbor Ndiaye) et le photographe Antoine Tempé s’associent pour développer une expérience commune puisant son inspiration dans les résultats des recherches de la goélette Tara Expédition, qui lors de sa dernière mission a effectué des études sur la diversité de la vie planctonique, son évolution et son impact sur le système terre.

L’océan compose Dakar, il traverse cette installation, et c’est de ce grand bleu qu’émerge ce projet ; de l’enchantement que provoquent les formes fantasmagoriques que recèlent ses profondeurs. Cette collaboration cherche aussi ses racines dans les traditions de cet écosystème urbain, et ses modèles dans la biodiversité océanique qui l’entoure, comme un écrin.

Les différentes séries de parures créées ces dernières années dans l’atelier MIS Wude nous projettent dans une forme de biologie spéculative : « nous sommes des symbioses et c’est cette dimension que nous entendons montrer dans notre approche de la matière, que ce soit le cuir, la photographie, ou la vidéo. »

Photographe du mouvement, Antoine Tempé recherche dans cette série, la surprise, l’accident à l’intersection du mouvement, du temps, du corps et du vêtement, une sorte d’hybridation entre ces différentes formes, qui s’essaye à les magnifier toutes.

L’être est un écosystème capable de créer en tout lieu une oasis. Dès lors les frontières ne sont plus les mêmes et surtout la notion de barrière de l’espèce vole en éclat. Nous sommes traversés par ces règnes que nous portons en nous, dont nous sommes une synthèse en mouvement.

Les corps des danseurs fusionnent avec les parures pour devenir un nouvel organisme aux propriétés différentes, notre « Théorie des règnes sensibles ».

Sensory Kingdoms Theory

Leather crafters partners MIS Wude (Cécile and Mbor Ndiaye) and photographer Antoine Tempé are getting together for a joint artistic experience. Their project gets its inspiration from the results of research by the schooner Tara Expédition which has been studying planktonic life, its evolution and its impact on the earth system.

The ocean is the makeup of Dakar and it traverses this installation. It is this big blue that this project originates ; the enchantment created by the phantasmagorical forms hidden in its depth. This collaboration also finds its roots in the traditions of the urban ecosystem, and its paradigm in the maritime biodiversity which envelops the city like a jewel case.

The various breast ornaments created by MIS Wude’s workshop project us into a form of speculative biology : « We are symbioses and it is this dimension which we intend to show in our approach of various materials, be they leather, photography or video. »

In this series, Antoine Tempé is looking for an unexected or even accidental image, at the intersection of movement, time, body and dress, a king of hybridation between these various forms, which attempts to magnify them all.

Beings are ecosystems ; they are capable of creating an oasis anywhere. Hense frontiers disappear and crossing species becomes possible. Beauty can be found within species interactions. Those kingdoms flow through us, we carry them inside us, we are a moving synthesis of them.

« The dancer’s boies ùmerge with the ornaments they are wearing. They become a whole new organism with its own properties, our Sensory Kingdoms Theory. »